L’ambulance verte bruxelloise

L’ambulance verte bruxelloise

20 ans d’actions pour lutter contre la pollution de l’air dans les habitations

COMMUNIQUE DE PRESSE, le 6 septembre 2023

Allergies, maux de tête chroniques, nez qui coule, nausées, irritations cutanées… la qualité de l’air intérieur peut impacter la santé, provoquer, favoriser ou entretenir certaines maladies. Pas étonnant quand on sait qu’une personne reste en moyenne 80% du temps à l’intérieur. La Cellule Régionale d’Intervention en Pollution Intérieure (CRIPI), plus connue sous le nom d’ambulance verte, agit depuis plus de 20 ans pour contrôler la qualité de l’air intérieur. En cette veille de la Journée mondiale de l’air pur, Bruxelles Environnement dévoile le rapport de deux décennies d’actions et une série de mesures pour mieux accompagner les Bruxellois face à cette problématique.

En 20 ans, 3051 enquêtes ont été réalisées en Région bruxelloise, soit entre 150 à 200 habitations analysées chaque année. Les experts de cette cellule, composée d’analystes et d’infirmières sociales, interviennent gratuitement sur demande expresse du médecin traitant. Le but, dans la plupart des cas, est de déterminer l’origine de problèmes de santé, essentiellement des problèmes ORL et des affections respiratoires, souvent liés à la présence de polluants ou de moisissures. ​

 

Sacha, étudiant vivant à Saint-Gilles « Je souffre d’une sinusite chronique depuis 1 an et demi. Je cumule donc à répétition des céphalées, une toux grasse, des maux de gorge et de la fatigue. Cela a un impact sur ma vie d’étudiant : je rate fréquemment des cours et le fait d’être malade impacte mon moral. ​ Je me suis tourné vers mon médecin et ​ l’ORL, qui m’ont parlé de l’ambulance verte. L’appartement où je vis en colocation est beau et spacieux, mais il est dur à chauffer et envahi par les champignons. ​ Nous avons vite fait le lien entre mon lieu de vie et ma santé, car mes problèmes ont commencé quelques mois après mon emménagement et ne m’ont plus quitté depuis».

Grâce à des visites à domicile, à un questionnaire médico-environnemental et à des prélèvements chimiques et biologiques, les experts de l’ambulance verte bruxelloise repèrent les éventuels problèmes, posent un diagnostic et proposent des mesures adéquates. C’est le fruit d’une collaboration entre trois institutions : Bruxelles Environnement qui coordonne le projet et réalise les analyses chimiques de l’air intérieur, Sciensano qui effectue les analyses microbiologiques ​ (essentiellement les moisissures et les acariens) et le Fares (le Fonds des Affections Respiratoires) qui assure l’accompagnement médico-social.

Sandrine Bladt, cheffe de service du Département Santé, Labo de chimie et pollution intérieure à Bruxelles Environnement : « Suite à l’appel du généraliste de Sacha, nous avons effectué une visite sur place. Nous avons tout de suite constaté des moisissures dans la cuisine et la salle de bain, comme c’est le cas dans 67% des biens où nous nous rendons, mais également des problèmes d’humidité dans le salon. ​ Nous avons donc effectué une vingtaine de prélèvements. Nous avons également analysé le matelas pour les moisissures et les acariens. Nous allons à présent rédiger un rapport qui sera accompagné de conseils adaptés à la situation ».

Un suivi est assuré. Un questionnaire est envoyé aux patients un an après l’intervention afin de savoir si leur état de santé s’est amélioré et s’ils ont tenu compte des conseils donnés. ​ Et les résultats sont encourageants puisque 57% des patients vont mieux (avis des médecins et des principaux intéressés). 7% n’ont pas suivi les conseils prodigués, faute de moyens ou d’une intervention nécessaire de la part de leur propriétaire.


​Les problèmes les plus fréquents

Les problèmes d’humidité et de moisissures sont les plus couramment rencontrés. Viennent ensuite les acariens et les polluants chimiques. Pour ces derniers, il ressort fréquemment que l’air intérieur est davantage pollué que l’air extérieur. Benzène, toluène et limonène sont les composés organiques volatils les plus fréquemment retrouvés dans les analyses. Des travaux, le tabagisme, des parfums d’ambiance, la présence de certains matériaux dans l’habitation et l’usage des produits d’entretien sont souvent en cause, sans oublier un manque d’aération.

Les adultes de 35 à 50 ans sont les plus souvent concernés par les interventions de la CRIPI, mais également les enfants de moins de 2 ans. Il s’agit en effet d’un public fragile. Les enfants respirent un plus grand volume d’air que l’adulte : comparativement à leur poids, leurs systèmes nerveux, respiratoire et reproducteur ne sont pas encore matures.

Les conseils

Des conseils de remédiation sont proposés au patient en fonction des polluants identifiés. Ils concernent principalement l’aération des pièces du logement, qui est utile pour tous les polluants. Rappelons qu’il faut aérer 2 fois par jour, fenêtres grandes ouvertes pendant 15 minutes, en évitant les heures de pointe du trafic. Le bon taux d’humidité dans une habitation se situe entre 40 à 60%, (jusqu’à 70% dans les pièces humides).

En fonction du diagnostic, les conseils peuvent aussi porter sur :

  • l’assainissement des moisissures
  • le choix des matériaux mis en œuvre : privilégier les peintures naturelles sans composés organiques volatils, les revêtements pour parquets sans solvants, le bois brut plutôt que les panneaux agglomérés libérant souvent du formaldéhyde pendant des années, …
  • le bon usage des produits d’entretien (ne pas mélanger de produits, respecter les temps de pause, rincer si nécessaire…)
  • l’entretien des matelas, en particulier en cas d’allergies aux acariens
  • l’utilisation de parfums d’intérieur à éviter

 

De nouvelles mesures pour l’avenir

Pour Alain Maron, ministre bruxellois de l’Environnement et de la Santé : « notre environnement a un impact majeur sur notre santé. Le travail mené par l’ambulance verte depuis 20 ans est essentiel et précieux pour détecter les problèmes spécifiques de pollution dans nos logements. Aujourd’hui, il m’importe de mieux le faire connaître auprès du monde médical et paramédical car en renforçant la sensibilisation des acteurs de santé de première ligne à cette problématique de la qualité de l’air intérieur, nous agissons en fait sur le cadre de vie des Bruxellois·es pour le rendre plus sain. »

Ainsi, Bruxelles Environnement mènera prochainement une campagne de sensibilisation sur la qualité de l’air intérieur auprès des services de première ligne, en contact direct avec les personnes les plus sensibles. Les médecins généralistes, ainsi que de nombreux services médicaux bruxellois recevront prochainement un courrier avec des affiches et des dépliants spécifiques à chaque polluant pour sensibiliser leurs patients à veiller à la qualité de l’air chez eux. L’affiche présentera les principaux conseils de l’ambulance verte pour prévenir et réduire l’impact de la pollution de l’air sur la santé.

Par la suite, des capteurs de CO2 seront distribués dans des lieux publics comme les hôpitaux et centres médicaux afin notamment de sensibiliser les professionnels et le grand public à l’importance d’aérer nos pièces de vie, afin de diminuer les concentrations de polluants de l’air intérieur trop souvent présents dans nos bâtiments.

 

Retrouvez le rapport complet sur le site de Bruxelles Environnement.

 

 


Simon Vandamme
Simon Vandamme Attaché de presse, Cabinet du ministre Alain Maron

 

 

 

A propos de Bruxelles Environnement

Bruxelles Environnement est l'administration de l'environnement et de l'énergie de la Région de Bruxelles-Capitale. En tant que service public, Bruxelles Environnement a pour mission d'étudier, surveiller, gérer et apporter son expertise dans les domaines de l'air, la nature, l'eau, les sols, les déchets et le bruit. L'administration délivre également des permis d'environnement et contrôle leur respect, soutient des projets d'éducation, d'information et de sensibilisation à l'environnement et développe ses activités dans le domaine de l'écoconstruction. Bruxelles Environnement pilote de plus le plan régional Air-Climat-Energie. Autant de missions qui visent à préserver l'environnement, à soutenir les Bruxellois et ainsi améliorer leur qualité de vie.

Bruxelles Environnement
Site de Tour & Taxis
av. du Port, 86C/3000 B
1000 Bruxelles