La Zone de Basses Emissions améliore fortement la qualité de l’air à Bruxelles

La Zone de Basses Emissions améliore fortement la qualité de l’air à Bruxelles

Le dernier monitoring de Bruxelles Environnement épingle une diminution de certains polluants et, pour la première fois, une réduction jusqu’à 30% de NO₂ le long des principaux axes depuis 2018

 

Communiqué de presse, le 7 décembre 2023

La pollution de l'air est un problème majeur de santé publique à Bruxelles. Selon le dernier rapport de l’Agence européenne pour l’Environnement, la seule exposition aux PM2.5, NO2 (dioxyde d’azote) et O3 (ozone) a provoqué 5330 décès prématurés en 2020 en Belgique. L'exposition aux polluants est également responsable de maladies et de coûts sanitaires importants pour la société. Dans la capitale, cette pollution est en grande partie issue du trafic routier. Pour lutter contre ce problème, la Région a instauré une Zone de Basses Emissions (LEZ – Low Emission Zone) en 2018. Celle-ci porte clairement ses fruits : le dernier monitoring de la LEZ, rédigé par Bruxelles Environnement, montre que depuis son instauration, elle a réduit jusqu’à 30 % les concentrations de NO2 le long des grands axes routiers de la capitale. Des réductions du même ordre et plus importante ont été observées pour d'autres polluants. En retirant progressivement de la circulation les véhicules les plus polluants, la LEZ contribue donc grandement à améliorer la qualité de l’air et la santé des Bruxellois et des Bruxelloises.

 

Impact sur le parc automobile et la qualité de l'air

La LEZ modifie profondément le parc automobile en circulation dans la capitale : entre juin 2018 et septembre 2022, la part des véhicules diesel en circulation a presque été divisée par 2. Par ailleurs, le dernier jalon, entré en vigueur en 2022 (interdiction des voitures, camionnettes et (mini)bus diesel euro 4), a fait disparaitre ou presque de la circulation la dernière génération de véhicules diesel ne disposant pas systématiquement d'un filtre à particules. Résultat : une forte amélioration des performances environnementales du parc, dont les émissions de NOx, de PM2.5 et de black carbon ont respectivement chuté de 31%, de 30% et de 62%.

Pour la première fois depuis la mise en place de la LEZ, des réductions des concentrations de NO2 allant jusqu’à 30% ont été calculées pour les axes les plus fréquentés par le trafic. Ces modélisations ont été réalisées dans le cadre d’un projet de l’Université Catholique de Louvain, financé par Bloomberg Philanthropies.

 

Story image

 

Le réseau de stations de Bruxelles Environnement, qui mesure les concentrations réelles des polluants, confirme ces constats. En effet, en 2022, pour la troisième année consécutive, toutes les stations respectaient la norme annuelle européenne de 40 µg/m³ pour le NO2. Les concentrations mesurées restent toutefois bien au-dessus de la valeur de 10 µg/m³ recommandée par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), et justifient une poursuite des efforts visant à protéger la santé des habitants.

 

Perspectives et mesures d’accompagnement

L’objectif de la Région bruxelloise est de tendre vers le respect de la norme OMS d'ici 2030, et d'assurer un respect des normes européennes sur l'ensemble du territoire. Dans ce but, la Région bruxelloise a prévu de renforcer progressivement la LEZ jusqu’en 2035.

Le prochain jalon de la LEZ, en 2025, s’appliquera non seulement aux voitures diesel euro 5 et essence euro 2 mais aussi aux poids lourds, deux roues, tricycles et quadricycles à moteur. Ce jalon aura un effet positif sur les émissions de NOx car les voitures qui pourront encore circuler à partir de cette date émettront 40% de NOx en moins que les voitures qui seront interdites. Il aura également un impact positif sur les particules fines, surtout pour les véhicules diesel. La sortie de tous les véhicules à moteur thermique, sauf les poids lourds et les autocars est prévue pour 2035.

 

Pour Alain Maron, ministre bruxellois de l’Environnement et de la Transition climatique : « Garantir aux Bruxellois·es le droit de respirer un air sain est une de mes priorités. A Bruxelles, la Zone de Basses Emissions améliore la qualité de l’air que nous respirons chaque jour. Selon de récentes analyses, la sortie progressive du thermique nous permettra d’éviter 110 décès prématurés par an et 300 millions d’euros de dépenses en soin de santé. Cette transition vers une mobilité moins polluante, je tiens à ce qu’elle prenne en compte la situation de tous les Bruxellois·es, en particulier des plus vulnérables. C’est pour cela qu’avec le gouvernement, nous développons les transports en commun et nous soutenons les ménages et entreprises qui optent pour une mobilité plus durable. »

 

Pour accompagner la mise en place de la LEZ, la Région bruxelloise propose plusieurs mesures d'accompagnement :

  • Près de 20% du budget régional est investi chaque année dans l’amélioration de l’offre, de la qualité et de la fréquence des transports en commun régionaux.
  • La prime Bruxell’air a été renforcée et propose de nombreuses alternatives à la voiture pour les ménages qui se séparent de leur véhicule.
  • La prime LEZ incite à l’achat d’utilitaires moins polluants pour les micro- et petites entreprises
  • Des facilitateurs conseillent les entreprises et les particuliers dans leur transition vers une mobilité plus durable.
  • 4.000 points de recharge pour véhicules électriques sont disponibles à Bruxelles afin que la majorité des ménages bruxellois disposent d’un point de recharge à moins de 150m de chez eux.
  • Une série d’appels à projets sont organisés, pour encourager le déploiement de hubs de recharge, de projets de logistique durable et de taxis moins polluants, ou encore de car-sharing plus inclusif.

 

 

À propos du programme mondial pour l'air pur de Bloomberg Philanthropies

Bloomberg Philanthropies dirige le programme le plus ambitieux au monde en matière d'air pur, qui vise à améliorer la qualité de l'air en soutenant des projets de villes et des partenariats avec des gouvernements et des organisations nationales. En 2018, Bloomberg Philanthropies a annoncé son soutien au programme Denver Love My Air. Ce programme a déployé des capteurs de qualité de l’air hyperlocales aux écoles publiques de Denver et a rendu disponibles les données. Ceci afin d’aider les résidents et dirigeants de villes à gérer la qualité de l’air. Depuis 2019, Bloomberg Philanthropies a travaillé avec les villes de Londres et de Paris - en fournissant des informations essentielles sur les capteurs de qualité de l'air à faible coût et en lançant des campagnes de sensibilisation pour mobiliser l'action publique. Breathe Cities, soutenu par un investissement de Mike Bloomberg de 30 millions de dollars, s'appuie sur le succès de ce travail et sur les autres partenariats de Bloomberg Philanthropies en matière d'air pur avec Bruxelles, Jakarta, Milan, Varsovie et d'autres gouvernements à travers le monde.

 


Plus d'infos

Alban Brian Attaché de presse, Cabinet du ministre Alain Maron

 

 

 

A propos de Bruxelles Environnement

Bruxelles Environnement est l'administration de l'environnement et de l'énergie de la Région de Bruxelles-Capitale. En tant que service public, Bruxelles Environnement a pour mission d'étudier, surveiller, gérer et apporter son expertise dans les domaines de l'air, la nature, l'eau, les sols, les déchets et le bruit. L'administration délivre également des permis d'environnement et contrôle leur respect, soutient des projets d'éducation, d'information et de sensibilisation à l'environnement et développe ses activités dans le domaine de l'écoconstruction. Bruxelles Environnement pilote de plus le plan régional Air-Climat-Energie. Autant de missions qui visent à préserver l'environnement, à soutenir les Bruxellois et ainsi améliorer leur qualité de vie.

Bruxelles Environnement
Site de Tour & Taxis
av. du Port, 86C/3000 B
1000 Bruxelles