La sortie du thermique : 100 à 110 décès en moins chaque année à Bruxelles

La sortie du thermique : 100 à 110 décès en moins chaque année à Bruxelles

Voilà l’un des grands enseignements des études réalisées par Bruxelles Environnement pour évaluer l’impact de la sortie du diesel en 2030 et de l’essence en 2035 dans la capitale

 

COMMUNIQUE DE PRESSE, le 25 juin 2021

Le transport routier est l’un des grands responsables de la pollution de l’air en Région bruxelloise.  En 2019, il était à lui seul responsable de 61% des émissions de NOx (oxydes d’azote) et de 26% des émissions de PM2,5 (particules fines). C’est également l’un des principaux émetteurs de gaz à effet de serre. Bruxelles Environnement a analysé les évolutions technologiques attendues et les conséquences d’une sortie du thermique sur la santé, l’environnement, l’impact socio-économique, la mobilité et l’énergie, et publie aujourd’hui les résultats de ces études qui ont fourni une base scientifique solide pour élaborer le calendrier de sortie de l’essence et du diesel et la roadmap précisant les mesures d’accompagnement.

Le constat le plus frappant est que la transition vers une mobilité décarbonée et la mise en œuvre du plan régional de mobilité Good Move, seront particulièrement bénéfiques pour la santé des citoyens et des citoyennes. Les projections de l’étude « Impact sur la santé » montrent que les interdictions progressives du diesel puis de l'essence, combinées à la réduction de l’usage de la voiture de 25% à l’horizon 2030, telle que prévue dans le plan Good Move, sauveront des vies ! 100 à 110 décès prématurés seraient évités chaque année dès 2030 rien qu’en Région bruxelloise. Ces mesures permettraient également de réduire les maladies liées à la pollution :

  • Une baisse de 25% des maladies liées à l’exposition au dioxyde d’azote (NO2 ), comme l’asthme, les cancers du poumon et autres troubles respiratoires chroniques
  • Une diminution de 7,5% des problèmes liés aux particules fines (PM2,5 et PM10).
Story image

A situation inchangée en 2030, plus d’un quart des Bruxellois seront encore exposés à des concentrations élevées de NO2, supérieures à la recommandation de 20 microgrammes par mètre cube. La sortie du thermique et la mise en œuvre de Good Move changeront la donne.  Plus aucun habitant ne sera alors exposé à de telles concentrations moyennes sur base annuelle. Les plus précarisés, qui habitent davantage dans des zones polluées, profiteront particulièrement de cette amélioration.  

Story image

 

Karen Van de Vel, chercheuse au VITO, l’Institut flamand de recherches technologiques, auteure de l’étude « Impact sur la santé » : “Outre les problèmes respiratoires évités, on s’attend à une réduction des cas de maladies cardiovasculaires, qui touchent tout particulièrement les personnes âgées. On observe aussi que moins d'enfants naîtront prématurément ou avec un faible poids à la naissance. Les mesures profiteront ainsi à l’ensemble de la population, des plus jeunes aux plus âgés, en passant par tous les autres ! Pour que ces améliorations se fassent pleinement ressentir, il est essentiel que les Bruxellois et les Bruxelloises, ainsi que les navetteurs optent pour une mobilité active, qui offrira par ailleurs des avantages supplémentaires pour la santé.”

 

Cette diminution des décès et des maladies générés par la pollution de l’air permettraient de faire des économies importantes. 100 à 350 millions d’euros de coûts seraient ainsi évités pour la seule année 2030.  Qu’il s’agisse de dépenses de soins de santé ou de coûts indirects comme ceux liés à l’absentéisme au travail et à la valeur économique attribuée à une perte de l’espérance de vie.  Les citoyens, les employeurs et l’Etat seraient ainsi gagnants.

Story image

Une sortie du thermique et la diminution du trafic tel que prévu dans le plan Good Move permettront de préserver la santé des citoyens et citoyennes mais aussi de lutter contre le réchauffement climatique. Selon l’étude « Impact sur les émissions de transports », cela réduirait de 65% à 75% les émissions de CO2 liées au transport par rapport à un statu quo en 2030 en Région bruxelloise. Voilà qui contribuera grandement à respecter l’objectif de réduire de plus de 40% les émissions directes de gaz à effet de serre en 2030 par rapport à 2005 dans la capitale, et ainsi  approcher la neutralité carbone en 2050.

 

Une transition vers une mobilité décarbonée pour tous

L’Etude « Evolutions technologiques et impact sur l’environnement et l’énergie » est claire : pour diminuer l’impact environnemental global d’un véhicule motorisé, il y a deux solutions : réduire sa masse et l’électrifier.  

Lieselot VANHAVERBEKE, professeure à la VUB et coordinatrice de l’étude « Evolutions technologiques et impact sur l’environnement et l’énergie » : « L’étude montre que les véhicules électriques ont un impact deux fois moindre sur le changement climatique que les véhicules à moteur à combustion. Les voitures diesel sont celles qui émettent le plus de particules. Une transition rapide vers des transports basses émissions est donc importante pour tous les Bruxellois ».

Grâce aux objectifs imposés par la Commission européenne aux constructeurs, l’offre en véhicules basses émissions s'élargit. L’étude « Impact socio-économique » le démontre : grâce à une évolution vers des prix plus abordables et le développement d'un marché de l'occasion automobile de véhicules basses émissions, la sortie des véhicules thermiques ne devrait pas impacter négativement les ménages à l’horizon 2035, et ce d’autant plus si toutes les solutions de mobilité durable sont développées.  La transition vers une mobilité décarbonée comporte de nombreux défis et appelle à l’innovation. Elle doit aller de pair avec des mesures d’accompagnement. Celles-ci sont essentielles pour que chacun trouve et adopte un mode de déplacement durable qui lui convient.


Vous trouverez davantage d’informations sur ces études sur le site de Bruxelles Environnement et sur le site de la LEZ

Pour plus d'informations ou pour entrer en contact avec les experts qui ont réalisé les études, vous pouvez joindre :

 

A propos de Bruxelles Environnement

Bruxelles Environnement est l'administration de l'environnement et de l'énergie de la Région de Bruxelles-Capitale. En tant que service public, Bruxelles Environnement a pour mission d'étudier, surveiller, gérer et apporter son expertise dans les domaines de l'air, la nature, l'eau, les sols, les déchets et le bruit. L'administration délivre également des permis d'environnement et de contrôle de leur respect, soutient des projets d'éducation, d'information et de sensibilisation à l'environnement et développe ses activités dans le domaine de l'écoconstruction. Bruxelles Environnement pilote de plus le plan régional Air-Climat-Energie. Autant de missions qui visent à préserver l'environnement, à soutenir les Bruxellois et ainsi améliorer leur qualité de vie.

Bruxelles Environnement
Site de Tour & Taxis
av. du Port, 86C/3000 B
1000 Bruxelles